Photo d'orchidée

Rempoter une orchidée, les bases à connaitre

Rempoter une orchidée est une étape incontournable de l’entretien de tes orchidées. Nous allons voir pourquoi, quand et comment rempoter tes plantes favorites.

Rempoter une orchidée, pourquoi faire ?

Avec le temps, les arrosages et l’engrais, le substrat se détériore et perd sa capacité drainante. Son temps de séchage entre deux arrosages est donc plus long. Les racines de ton orchidée risquent une asphyxie progressive. C’est pour cela qu’il te faudra de temps en temps changer le substrat et le pot de ton orchidée. Et c’est justement cela que l’on appelle « rempoter une orchidée ».

IMAGE Si tu tardes trop, les racines vont pourrir petit à petit et la plante va se déshydrater. Et oui, car les racines ne seront plus capables de transmettre l’eau au feuillage 😢

Tu as trop tardé ? Il ne te reste que quelques racines en bon état ? Sache qu’il n’est pas trop tard 😉. N’hésite pas à rempoter ta plante dans un pot plus petit avec un substrat neuf. Tu lui donneras ainsi les meilleures chances de survie.

ℹ️ D’ailleurs ça m’est déjà arrivé. Je t’invite à consulter le palpitant et bouleversant récit du sauvetage d’une de nos orchidées : Phalaenopsis, sauvetage de Anna

Rempoter une orchidée, à quel moment ?

Si la plante est jeune, on rempote plutôt chaque année car celle-ci a une croissance plus importante qu’une orchidée adulte. IMAGE Les Paphiopedilums et Odontoglossums aiment également être rempotés tous les ans juste après la floraison. C’est à ce moment là que démarre leur période de croissance (nouvelles feuilles, nouvelles racines).

Sinon, il suffit d’observer le substrat de ta plante. S’il devient plus compact, qu’il met beaucoup plus de temps à sécher et que ta plante ne tient plus correctement dans son pot, c’est le signe qu’il faut rempoter. En général ça arrive tous les 2 à 3 ans.

On rempote si possible au printemps et on évite les mois de novembre à mars car les jours sont plus courts. On évite également de rempoter quand la plante est en fleurs ou va fleurir, au risque d’abréger sa floraison.

Et bien sûr, si ta plante va mal (racines pourries par exemple), rempote d’urgence sans attendre !

Rempoter une orchidée, quelle dimension de pot utiliser ?

La règle qui prévaut pour toutes les orchidées : elles aiment être à l’étroit. On évite donc de choisir un pot trop large, et on privilégie un contenant juste assez grand pour que les racines tiennent à l’intérieur. IMAGE

Si l’état racinaire est bon, on rempote dans un pot légèrement plus grand (pas plus de 2cm de diamètre de plus que le diamètre des racines lorsqu’elles sont à l’étroit). IMAGE

Ceci s’explique en partie par leur mode vie. Les orchidées épiphytes ont des racines qui ont besoin de sécher rapidement. IMAGE Et oui, car rappelez-vous que dans la nature elles sont accrochées aux arbres, racines nues et l’eau ruisselle dessus sans stagner. Si tu choisisses un pot trop large, tu risques de favoriser la pourriture des racines car ton substrat mettra trop de temps à sécher.

Rempoter une orchidée, quels matériaux utiliser pour le pot ?

Bonne nouvelle, car peu importe le matériau que tu choisis. Pense juste que les orchidées sont en général sensibles aux bactéries et autres parasites. Le pot que tu choisis doit être propre.

Les pots en plastiques

IMAGE La plupart des orchidées sont vendues dans des pots en plastique. Quand on débute, les pots transparents ont de nombreux avantages, le principal étant que l’on peut voir à travers et vérifier l’état des racines. Ces pots sont en général percés pour permettre l’écoulement de l’eau.

Ces pots sont donc à conseiller lorsque l’on débute, mais ne sont pas obligatoire pour obtenir de bons résultats.

ℹ️ Le développement d’algues sur les parois du pot est normal au bout d’un certain temps. Ceci est due à la transparence du pot car les algues aiment la lumière. Quand le développement d’algues est trop important et cache les racines, il est utile de rempoter. Tu peux utiliser un cache pot opaque pour éviter ce désagrément.

Les pots en verre

J’ai découvert ce mode de culture sur un forum. Les résultats sont surprenants ! Pourtant, on ne parle jamais de ce type de pot pour rempoter une orchidée. En plus c’est très esthétique et ça demande moins de soins qu’une culture dans des pots en plastiques.

IMAGE Ton orchidée est donc dans un vase (ou tout autre récipient en verre). Il est transparent, ce qui permet de vérifier l’état des racines. L’avantage, c’est que l’arrosage est fortement diminué car l’humidité reste plus longtemps. J’arrose en moyenne toutes les 3 semaines à 1 mois, sauf pour les petits vases. Tu peux donc partir en vacances en toute tranquillité. Si tu pars plus longtemps qu’un mois, tu peux laisser exceptionnellement un tout petit peu d’eau dans la fond du pot.

Le plus difficile dans cette méthode, c’est la gestion des arrosages. En effet les pots ne sont pas percés donc il te faut bien égoutter ton vase. Et attends impérativement que le substrat ait intégralement séché avant le prochain bain. Bref, cela demande un poil plus de rigueur, mais bon la beauté à un prix non ?

Personnellement, nos orchidées adorent ce type de pot, les racines sont bien plus grosses, le feuillage bien vert et uniforme et les floraisons durent plus longtemps.

ℹ️ L’inconvénient, comme pour les pots en plastique, c’est le développement d’algues. Mais bon ça a quand même plus de classe 😎

Les pots en terre cuite

IMAGE Moins économique que les deux premiers mais plutôt esthétique, les pots en terre cuite ont l’avantage de permettre une évaporation de l’eau plus rapide. Ceci implique moins de pourriture des racines mais des arrosages plus fréquents.

Le principal inconvénient de ces pots quand on débute est de ne pas voir le développement et l’état des racines. De plus, les racines ont tendance à adhérer fortement au pot et le dépotage est du coup un peu plus délicat.

Rempoter une orchidée, quoi mettre dans le pot ?

On va mettre ce que l’on appelle du substrat. Il s’agit d’un support de culture, composé principalement d’écorces de pin auxquelles on peut rajouter de la sphaigne, de la perlite, des billes d’argiles et pleins d’autres choses.

Il existe des substrats tout fait, que tu peux acheter chez des producteurs d’orchidées. Comme ça pas de prises de tête, les proportions pour chaque élément seront adaptées. Mais tu peux également faire ton substrat toi-même.

Pour rempoter une orchidée, je te conseille d’éviter les mélanges tout fait en jardinerie (même les « spécial orchidées ») qui contiennent souvent du terreau (tourbe). Je trouve ces substrats beaucoup trop riches et ils retiennent beaucoup trop l’humidité. Du coup ils n’assurent pas un drainage correct des racines (risque de pourriture).

Substrat d’écorce de pin

IMAGE C’est LE substrat par excellence. Tu peux l’utiliser seul (j’utilise beaucoup cette technique) ou avec d’autres éléments. On adapte la taille (granulométrie) des écorces au diamètre des racines.

Par exemple : une granulométrie 10-15mm pour un Cambria et une granulométrie de 20-30 pour un Phalaenopsis.

Son pH est un peu acide.

ℹ️ Au besoin tu peux retailler tes écorces au sécateur si elles te paraissent trop grosses.

Substrat de perlite

IMAGE La perlite ressemble à des petits cailloux blancs. D’origine minérale, elle ne se dégrade jamais et peut retenir jusqu’à 5 fois son poids en eau. On l’utilise donc toujours en mélange avec d’autres éléments dans le but de retenir l’eau et d’éviter la dégradation trop rapide du substrat.

Son pH est neutre.

Substrat de sphaigne

IMAGE. Aussi appelée « sphagnum », cette mousse végétale retient fortement l’eau. Elle se dégrade rapidement avec les apports d’engrais et il faut l’utiliser avec d’autres éléments pour prolonger sa durée de vie.

On la trouve sous forme déshydratée ou « vivante » dans la plupart des jardineries (et bien sûr, chez ton producteur préféré). Préfère les provenances du Chili ou de Nouvelle-Zélande où l’exploitation contrôlée.

Son pH est acide.

Substrat de billes d’argiles

IMAGE Aussi utilisées avec d’autres éléments, les billes d’argiles permettent le drainage et l’aération des racines.

Son pH est neutre.

Mais aussi…

  • La mousse de polyuréthane (cubes en mousses utilisés pour garnir les coussins) qui permet une meilleure rétention d’eau.
  • La pouzzolane (roche volcanique), pour alléger les substrats

On les utilise mélangés à d’autres éléments pour leurs propriétés de rétention d’eau (polyuréthane) ou d’aération (pouzzolane)

Du coup, quel mélange utiliser ?

Il y a des milliers de combinaisons possibles ! Personnellement, je n’utilise souvent que des écorces de pin. J’aime bien l’idée que mes petites plantes se retrouvent dans un milieu proche de leur milieu naturel.

Quand j’utilise un cache pot, je mets aussi quelques billes d’argile au fond et je pose mon pot qui contient mon orchidée dessus. Comme ça, l’excédent d’eau du substrat sera absorbé par les billes d’argile. En c’est pas fini, car en s’évaporant, cette même eau va augmenter l’hygrométrie autour de la plante. Et bim, double impact 🤛 !

Rempoter une orchidée, comment faire ?

Le matériel pour passer à l’action

Pour rempoter une orchidée, on utilise toujours du matériel propre car le risque de propager des maladies est élevé. En effet, on peut être amené à couper (accidentellement ou non J) des feuilles ou des racines. On désinfecte donc les outils utilisés entre chaque plante.

Il te faudra donc :

  • Un sécateur ou des ciseaux
  • Un briquet pour désinfecter ta tronçonneuse (ou ton sécateur ou tes ciseaux 😀)
  • Du substrat neuf
  • Un pot propre de taille adaptée à la plante
  • Un plan de travail propre

Les étapes du rempotage

Je te donne ma technique pour rempoter une orchidée, il en existe plusieurs, mais si tu débutes celle-ci est très facile et sans prise de tête :

  • Tu commences par donner un bain d’environ 5 minutes à ton orchidée : les racines seront moins cassantes et le substrat s’enlèvera plus facilement.
  • C’est le moment de dépoter ! Tu tiens fermement ton orchidée d’une main et tu enlèves le pot avec l’autre. Pour les pots en plastiques, tu peux presser le pot pour décoller des racines qui adhéreraient à la paroi.
  • Ton orchidée est dépotée, il faut maintenant que tu enlèves un maximum de l’ancien substrat. Sois méticuleux pour ne pas casser les racines (Fais du mieux que tu peux c’est l’étape la plus délicate !)
  • C’est le moment de faire à ton orchidée une nouvelle coupe ! Avant tout, stérilise ton sécateur à la flamme puis taille toutes les racines mortes, abimées, sèches ou pourries. Ça peut faire du monde quelquefois !
  • Et hop, un petit rinçage pour enlever d’éventuels résidus qui auraient fait de la résistance. Le nettoyage est fini, on passe au rempotage. Pas de recyclage, on jette tout ce qui reste de l’ancien substrat !
  • Maintenant la taille du pot. Surtout pas trop grand ! Il doit juste contenir les racines. Si tu as fait un grand nettoyage de printemps, réutilise le même pot (après l’avoir nettoyé hein ?) ou un pot plus petit. Si tu lui as juste dépointé les pointes, prends un pot de 2 centimètres de plus, pas plus.
  • Pour les orchidées monopodiales (Phalaenopsis par exemple) place l’orchidée bien au centre du pot. Le collet (là ou s’attache les feuilles) doit être à 1 centimètre en dessous du rebord supérieur du pot. IMAGE
  • Pour les orchidées sympodiales ( Dendrobium, Cambrias, Cattleya…), on place les anciens pseudo-bulbes (ceux qui ont fleuri) contre le bord du pot pour ménager de la place pour les futures pousses. Ici c’est la base des pseudo-bulbes qui doit être à 1 centimètre du rebord supérieur du pot. IMAGE
  • Tu tiens ton orchidée dans une main dans la position adéquate et avec l’autre tu mets ton substrat tout autour de la plante. Nous on utilise uniquement de l’écorce de pin, pas de casse-tête avec d’éventuelles proportions ou ratio billes d’argile/sphaigne/écorces. Il faut tasser régulièrement et légèrement de temps en temps. Tu peux t’aider d’un tuteur pour bien combler les trous entre les racines avec du substrat. Les orchidées aiment être à l’étroit.

Voilà tu as fini ! Si tu as fait du bon boulot, tu dois pouvoir apercevoir la face supérieure des premières racines et ta plante doit être stable et immobile dans son joli pot.

Un petit test pour voir tu es devenu un crack du rempotage : tu soulèves doucement ta plante en la tenant par le collet (s’il s’agit d’un Phalaenopsis). Si le pot se soulève et que tout reste en place c’est gagné ! IMAGE

ℹ️ Tu trouveras des infos de rempotage spécifiques à chaque genre d’orchidées dans la section Un mois, une orchidée.

Laisser un commentaire